Deauville a accueilli Benoît Poelvoorde en super-héros

Le public est toujours là pour Benoît Poelvoorde et inversement. Spectacle assuré
!
Le public est toujours là pour Benoît Poelvoorde et inversement. Spectacle assuré ! - D.R.

En pleine forme. Faisant le show sur le tapis rouge et signant des autographes alors que la foule scande « Benoît, Benoît, Benoît ». L’aura d’une star. Et même s’il n’a pas revêtu le costume de super-héros qu’il porte dans Comment je suis devenu super-héros, du jeune Français Douglas Attal, projeté en clôture du Festival, c’est quasi en super-héros que Deauville, privée de stars américaines cette année pour cause de Covid-19, a accueilli Benoît Poelvoorde samedi soir. Celui-ci connaît bien les lieux pour y être déjà venu en tant que membre du jury. Pourtant, il l’avoue, la mer, c’est pas son truc. Pas plus que la montagne d’ailleurs. Il préfère les bocages qui lui donnent une échelle des choses. Quelques heures avant, dans la cour intérieure du cosy hôtel Normandy où toute l’équipe du film enchaîne les interviews, l’acteur belge apparaît avec un long cigare en bouche, façon producteur hollywoodien. Il le mâchonne, admet que « c’est pas terrible mais c’est le prix à payer pour être libre.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct