Chronique «Détours wallons»: «Publicité, sauvegarde du peuple», sauf à Verviers. Un comble…

Sous un gros bloc de la Fontaine David, à Verviers, des ouvriers ont mis la main sur une urne qui renferme le cœur du premier bourgmestre de la ville, décédé en 1839.
Sous un gros bloc de la Fontaine David, à Verviers, des ouvriers ont mis la main sur une urne qui renferme le cœur du premier bourgmestre de la ville, décédé en 1839. - Belga.

A Verviers, de l’eau a coulé sous les ponts de la Vesdre entre le mandat de bourgmestre exercé par Pierre David et celui qu’entamera la semaine prochaine Jean-François Istasse, intronisé au terme d’une pitoyable saga politique.

Beaucoup d’eau à vrai dire : près de deux siècles séparent l’exercice du pouvoir par le républicain francophile adulé par la population locale, dès 1800 puis entre 1830 et 1839 sous régime belge, et la prestation de serment de son lointain successeur socialiste qui semblait pourtant s’être rangé des voitures au terme d’une honorable carrière d’élu à géométrie variable.

Curieusement, les destins des deux hommes ont pourtant fini par se croiser en ce mois d’août caniculaire. Voici l’histoire.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct