Stéphane Pauwels raconte sa descente aux enfers devant la justice

L’avocat Sven Mary en pleine discussion avec son client Stéphane Pauwels, qui réfute toute accusation de participation à un home-invasion.
L’avocat Sven Mary en pleine discussion avec son client Stéphane Pauwels, qui réfute toute accusation de participation à un home-invasion. - Photo News.

Une salle bien triste pour une bien triste affaire. Le Lotto Mons Expo s’est habillé de noir ce lundi, avec des tentures pour améliorer l’acoustique du hall, afin d’entendre pendant une semaine les protagonistes de ce que l’on a appelé l’affaire Hakimi-Pauwels, pour une série d’attaques à main armée et home-jackings commis entre 2015 et 2017 dans les provinces du Hainaut et du Brabant wallon. Des audiences du tribunal correctionnel de Charleroi, délocalisées pour cause de mesures sanitaires, et placées sous haute protection policière.

La plupart des 27 prévenus comparaissent libres, comme Stéphane Pauwels, l’ancien animateur télé, mais d’autres étaient escortés chacun par deux policiers parce qu’ils sont détenus, tandis que le présumé chef de l’association de malfaiteurs, Farid Hakimi, comparaissait sous les liens du bracelet électronique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct