Tadej Pogacar: «L’amitié ou l’admiration ne sont pas des sentiments qui comptent en compétition»

Photo News
Photo News

On le dit branché sur courant alternatif. D’une zénitude à toute épreuve dans la vie quotidienne, survolté lorsqu’il enfourche sa bécane. Visage d’ange posé sur un corps de petit diable, teint diaphane qui ne laisse rien transparaître du feu qui brûle en lui, Tadej Pogacar est l’aiguillon qui peut percer la bulle hermétique posée sur ce Tour 2020 par l’équipe Jumbo-Visma. Un indécrottable attaquant, qui ne redoute pas la défaite puisque seule la victoire est belle. Lauréat de deux superbes étapes montagneuses (à Laruns et au Grand Colombier), chaque fois devant Primoz Roglic, le jeune Slovène (21 ans, ce qui en fait le 3e plus jeune coureur de cette 107e Grande Boucle, après les Français Maxime Chevalier -B&B- et Mathieu Burgaudeau – Total Direct Energie) est surtout le dernier à pouvoir réellement détricoter la maille jaune du maillot porté par son aîné.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct