Négociations fédérales: la Vivaldi, l’une des coalitions les plus minoritaires de ces 40 dernières années

Egbert Lachaert, le président de l’Open VLD, avait esquissé les contours de la future Vivaldi auprès du Roi le 4 septembre.
Egbert Lachaert, le président de l’Open VLD, avait esquissé les contours de la future Vivaldi auprès du Roi le 4 septembre. - Photo News.

La coalition Vivaldi, si elle advient, aura cette particularité : elle n’aura pas la majorité dans le groupe linguistique flamand. Les parlementaires du nord du pays ne seront représentés qu’à 47 %, soit 42 sièges sur 89 au sein du CD&V, de l’Open VLD, du SP.A et de Groen réunis. L’opposition flamande à ce projet a déjà fait connaître son sentiment d’injustice, Bart De Wever, le président de la N-VA, parlant même de déni de démocratie.

Ce gouvernement en préparation est-il pour autant une exception dans l’histoire récente de la Belgique ? Non. Depuis 1981, il y a eu huit gouvernements minoritaires, quatre côté francophone et quatre côté flamand. Et même neuf si l’on évoque le fameux gouvernement Michel II, rescapé de Michel I après la démission de la N-VA et devenu finalement le gouvernement Wilmès. Numériquement, il n’a la majorité ni en Flandre ni côté francophone, même si Sophie Wilmès a, on le sait, obtenu temporairement la confiance de dix partis.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct