Chronique «Variations» – «Négociations fédérales: la force des faibles»

Le CD&V (ici son président Joachim Coens après une audience avec le roi Philippe) ne pliera pas sur la question de l’IVG, l’un des fondamentaux de son engagement électoral, pour faire partie d’une coalition fédérale.
Le CD&V (ici son président Joachim Coens après une audience avec le roi Philippe) ne pliera pas sur la question de l’IVG, l’un des fondamentaux de son engagement électoral, pour faire partie d’une coalition fédérale. - Belga.

Comment en sommes-nous arrivés là ? Pourquoi faudra-t-il, en fin de compte, environ 500 jours pour former un gouvernement fédéral, dont la feuille de route ne comprendra même pas le détail d’une réforme de l’Etat ?

La réponse à cette question est évidemment complexe. Je voudrais, ici, insister sur un seul point : l’impact de la fragmentation des votes, qui affaiblit la plupart des partis politiques et complique la formation d’une coalition.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct