Antoinette dans les Cévennes Une vraie bouffée d’air

<span>Antoinette dans les Cévennes</span> Une vraie bouffée d’air

A vue de nez, on se dirait : voilà un film sympa mais gentiment anodin. En fait, non : cette comédie qui se veut aussi road movie et même buddy movie vous joue très vite sa petite musique particulière. Oui, on finit même par s’attacher à cette Antoinette dont le périple amoureux se transforme en voyage initiatique au gré d’une marche salvatrice. Laura Calamy est parfaite et crédible, ce scénario sent l’authentique, en tout cas pour tout ce qui touche aux Cévennes, ce n’est pas « Noémie à la campagne » (le personnage joué par l’actrice dans Dix pour cent, la série qui l’a révélée), et les clins d’œil abondent, que ce soit à la Belgique (ce n’est pas souvent qu’on dit drache et slache dans un film français), à « Rio Bravo » (Dean Martin chantant « My rifle, my pony and me »), Blanche-Neige, Robert Louis Stevenson et même Stromboli de Rossellini.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct