Kastellórizo, porte-drapeau grec face à la Turquie d’Erdogan

Kastellórizo, porte-drapeau grec face à la Turquie d’Erdogan
Reuters

La piste accidentée du minuscule aéroport local est davantage foulée par les rangers des militaires que par les tongs des touristes, les restaurants survivent grâce aux soldats, et dans le port sommeille un imposant navire de guerre gris. Cette île représente la frontière du conflit avec les ambitions néo-ottomanes du président turc Erdogan, le mur contre la doctrine souverainiste de la « Patrie bleue », à savoir le grand retour à la mer théorisé par Ankara pour annihiler les traités signés il y a un siècle avec l’Empire turc agonisant.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct