Un conducteur: «J’ai repris les commandes de mon métro pour faire chier les terroristes»

Un conducteur: «J’ai repris les commandes de mon métro pour faire chier les terroristes»

Appelons-le Jacques.« La Stib ne veut pas que l’on parle aux médias, c’est comme cela ». Mercredi, il était de la première vague, de cette petite trentaine de conducteurs et de conductrices qui sont descendus dans le trou noir du métro pour redonner un semblant de vie au réseau. « La première fois que l’on retouche les commandes, cela fait un drôle d’effet. Puis la routine de la conduite reprend le dessus, même si c’est dans un environnement inhabituel, des stations en sommeil, des passagers sombres, fermés, verrouillés sur leur peine. Sans doute par l’angoisse. Mais il y a aussi des petits gestes des clients, un salut, qui font du bien au cœur. Personne ne râlait, alors que beaucoup étaient dans les difficultés pour aller travailler. Des vélos, mais pas de poussettes d’enfants. Aucune agressivité ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct