Annemie Schaus, rectrice de l’ULB: «Oui, les stéréotypes de genre restent une réalité à l’université»

Annemie Schaus
: «
Pour Bruxelles
: deux rectrices pour deux universités libres – ULB et VUB – c’est extrêmement porteur de sens
».
Annemie Schaus : « Pour Bruxelles : deux rectrices pour deux universités libres – ULB et VUB – c’est extrêmement porteur de sens ». - Pierre-Yves Thienpont

ENTRETIEN

Dites désormais « Madame la Rectrice ». Conformément à l’évolution de la société, Annemie Schaus, la seconde femme à la tête de l’ULB a fait le choix de la féminisation entière de sa fonction. Avant elle, en 1990, Françoise Thys-Clément avait été la première dame à occuper le poste, mais elle avait souhaité être appelée « Madame le Recteur ». Cela étant, il n’y a pas que son titre que la nouvelle rectrice a décidé de féminiser. Sous son rectorat, les questions de genre vont occuper davantage de place.

Pendant votre campagne, vous avez insisté sur le fait que le manque de moyens ne justifie pas tout. C’est-à-dire ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct