La présidentielle aux États-Unis en images, J-47: les vaccins, argument de campagne

Le président Donald Trump pointe vers un graphique représentant les chiffres du coronavirus lors d'une conférence de presse dans la salle de presse Brady à la Maison Blanche.
Le président Donald Trump pointe vers un graphique représentant les chiffres du coronavirus lors d'une conférence de presse dans la salle de presse Brady à la Maison Blanche. - Leah Millis. Reuters

Les futurs vaccins pour lutter contre le nouveau virus du coronavirus sont plus que jamais un argument de campagne en vue de la présidentielle aux États-Unis.

Le président américain Donald Trump a ainsi assuré que la première économie mondiale disposerait d’un vaccin dès octobre, qui sera largement distribué à la population. Des déclarations qui vont cependant à l’encontre des avis exprimés par des experts sanitaires.

Interrogé au Congrès, le directeur des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), Robert Redfield a estimé que la majorité des Américains ne pourraient pas bénéficier d’un vaccin avant « le deuxième ou troisième trimestre de 2021 », même si celui-ci était autorisé dans les prochaines semaines. Une « erreur » selon M. Trump qui y voit une « information incorrecte ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct