Alpha bêta

<span>Alpha bêta</span>

Réunir la science et les arts en un spectacle, c’est le rêve joliment assouvi du metteur en scène Dirk Opstaele qui associe des principes physiques de base (le temps, le mouvement, la gravité) à ceux de la scène (rythme, musique, jeu théâtral) pour se rappeler que l’homme est capable de ressources extraordinaires. Aux manettes de cette conférence scientifico-psychédélique ? Une bande empruntée à La Tempête du grand Will. Il y a Prospero, le magicien, mais aussi sa fille Miranda et leur assistant Caliban. Sans oublier Ariel à la régie, qui enchante le plateau avec ses projections lumineuses. Et c’est parti pour une heure où la relativité flirte avec Deep Purple. Où les formules de Kepler se mélangent aux tours de magie. Où Galilée et Copernic propulsent des acrobaties à la roue Cyr et les pirouettes d’un pendule.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct