Sylviculture : les premiers arboretums du futur ont été plantés

Nicolas Dassonville (SRFB) présente la typologie de plantation d’une parcelle à Hamoir.
Nicolas Dassonville (SRFB) présente la typologie de plantation d’une parcelle à Hamoir. - J.-L. B.

Les trois étés que venons de vivre, et même les autres saisons, montrent clairement que les changements climatiques, ce n’est plus du pipeau. L’ensemble de la végétation, dont les arbres, souffre, d’autant plus que la sécheresse est de surcroît doublée par la présence de divers pathogènes et insectes ravageurs.

Le plus visible d’entre eux depuis deux ans est le scolyte de l’épicéa. Les attaques, deux ou trois fois par an, sont d’autant plus virulentes qu’il fait sec et que les arbres fragilisés ne savent plus se défendre en créant de la résine protectrice. Des mélèzes sont aussi touchés. Avant eux, il y a eu le scolyte du hêtre, puis plus récemment la chalarose du frêne, et d’autres comme la pyrale du buis, la graphiose de l’orme, etc.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct