Se former en alternance pour un métier en pénurie sera gratuit

Willy Borsus, le ministre en charge de l’IfaPME, croit en l’action de l’organisme en temps de crise sanitaire.
Willy Borsus, le ministre en charge de l’IfaPME, croit en l’action de l’organisme en temps de crise sanitaire.

Le discours est bien connu : la formation en alternance peut contribuer au redressement de la Wallonie et à la lutte qui y est menée contre le chômage. Au temps du coronavirus, le constat est toujours d’actualité : cette même alternance, qu’il s’agisse d’étudiants dans le cadre scolaire ou d’adultes en réorientation, peut jouer un rôle important dans la relance économique et sociale.

C’est en tout cas la conviction de Willy Borsus (MR), le ministre en charge de l’IfaPME, l’organisme régional qui incarne cette politique : « Il faut investir dans les compétences pratiques pour relancer la Wallonie après cette crise. J’ai envie de dire : l’alternance, c’est tendance ! On peut se former à des métiers qui ont du sens et offrent des perspectives de carrière. On est souvent dans la modernité. Les métiers sont souvent en phase avec le développement durable. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct