Le «Lotus bleu», sans doute la couverture de BD la plus chère au monde

Le premier projet de couverture du «
Lotus bleu
» dessiné, aquarellé et gouaché par Hergé en 1936.
Le premier projet de couverture du « Lotus bleu » dessiné, aquarellé et gouaché par Hergé en 1936. - Moulinsart 2020.

Le premier projet de couverture du Lotus bleu ressurgit d’un tiroir familial pour être vendu chez Artcurial, le 21 novembre. Les héritiers Casterman espèrent retirer 2 à 3 millions d’euros de ce chef-d’œuvre d’Hergé. Exposé à Monaco, à Bruxelles et à Munich, il sera mis à l’encan à Paris. Dans son communiqué, Artcurial assurait d’abord que « ce chef-d’œuvre était perdu de vue depuis plus de 80 ans » et que la rareté de cette gouache s’expliquait « par le fait que l’on ait perdu sa trace pendant plus de huit décennies ». Elle avait été « offerte par Hergé en personne » à Jean-Paul Casterman qui, « ne soupçonnant pas du haut de ses sept ans la future valeur inestimable de ce trésor », avait conservé ce dessin « après l’avoir soigneusement plié en six ». La pièce, en « bel état de conservation », n’avait « pas vu la lumière depuis plus de 80 ans. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct