France: à un an et demi de l’échéance, l’obsession présidentielle

Anne Hidalgo n’écarte plus l’idée de se présenter à l’élection. «
Je vois bien que le regard sur moi a changé
», dit-elle.
Anne Hidalgo n’écarte plus l’idée de se présenter à l’élection. « Je vois bien que le regard sur moi a changé », dit-elle. - AFP

C’est à croire que l’urgence n’est plus seulement sanitaire. Ni même économique. Mais qu’elle est aussi – déjà ! – politique. Alors que les courbes épidémiologiques ne cessent de s’envoler, les esprits ne pensent déjà plus qu’à la présidentielle. À un an et demi de l’échéance, les prétendants sortent du bois. La France reste la France…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct