Commerce : le déclin des centres-villes frôle le point de non-retour

A Charleroi, l’ouverture de Rive Gauche en 2017 a contribué à désertifier la rue de la Montagne, autrefois très commerçante.
A Charleroi, l’ouverture de Rive Gauche en 2017 a contribué à désertifier la rue de la Montagne, autrefois très commerçante. - Photo News.

Le confinement et la Covid-19 ont-ils eu un impact sur l’attractivité commerciale des centres-villes wallons ? La question a inspiré le baromètre annuel dressé par l’Association de management des centres-villes (AMCV) qui, sur la base d’une méthodologie constante depuis plus de quinze ans, ausculte la santé commerciale des cœurs urbains du sud du pays.

Cette méthodologie consiste à mesurer la densité commerciale (le nombre de bâtiments commerciaux d’un périmètre par rapport au nombre global de bâtiments de ce même espace) et le taux de cellules vides recensé dans cette zone prédéfinie. Une démarche qui, cette année, a donné lieu à une petite surprise. Ainsi, à Charleroi, « il faut désormais parler non pas d’un centre-ville mais de deux », constate Jean-Luc Calonger, président de l’AMCV et professeur retraité de géographie commerciale.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct