FinCEN Files: la justice belge enquête sur des transferts de fonds publics vénézuéliens

Le président vénézuélien Nicolás Maduro. Des fonds publics ont été détournés par une offshore asiatique en transitant par la Belgique.
Le président vénézuélien Nicolás Maduro. Des fonds publics ont été détournés par une offshore asiatique en transitant par la Belgique. - REUTERS.

Le Venezuela fait face à une grave crise humanitaire. Un habitant sur trois n’a pas de quoi se nourrir. L’inflation y est incontrôlable, l’industrie pétrolière a perdu de sa superbe. Cinq millions de Vénézuéliens ont fui le pays. En revanche, les affaires de certains magnats locaux se portent très bien. On les appelle les « boligarques » (référence pleine d’ironie au héros de l’indépendance Simon Bolivar), souvent en relations étroites avec les gouvernements d’Hugo Chávez et de son successeur, l’actuel président Nicolás Maduro.

Dans les FinCEN Files apparaissent de colossaux montants d’argent public « exfiltrés » du Venezuela par ces boligarques. Après analyse par l’ICIJ (le consortium international des journalistes d’investigation) des 2.100 rapports au cœur de cette nouvelle fuite, il s’avère que les banques ont notifié entre 2009 et 2017 pas moins de 4,8 milliards de dollars de transactions suspectes liées à ce pays d’Amérique du Sud. Dont près de 70 % ont pu être identifiés comme appartenant à l’Etat. Mais les FinCEN Files permettent surtout de suivre ces transactions à la trace, et d’identifier qui en a réellement bénéficié. Un promoteur immobilier ayant des liens étroits avec le gouvernement vénézuélien a par exemple pu détourner au moins 116 millions de dollars initialement destinés à construire des logements sociaux. Cet argent a pourtant atterri dans des juridictions offshore, comme Panama, pour alimenter les comptes bancaires de membres de la famille du magnat de la construction. Ce dernier aurait surfacturé les travaux, alors que les logements sociaux présentent de multiples défauts, comme des conduites d’eau défectueuses.

Durant cette enquête, les partenaires belges du Tijd, de Knack et du Soir ont pu obtenir confirmation à plusieurs sources que le parquet fédéral avait également ouvert une enquête belge sur le Venezuela, suite à un rapport que lui a transmis la Cellule de traitement des informations financières (CTIF) en charge de la lutte contre le blanchiment. L’enquête porterait sur des fonds publics vénézuéliens destinés à un programme alimentaire pour la population, qui ont été détournés par une offshore asiatique en transitant par la Belgique. La question est apparemment particulièrement sensible car Eric Van Duyse, porte-parole du parquet fédéral, a simplement accepté de confirmer qu’une « enquête a été ouverte concernant un dossier lié au Venezuela ». Mais il refuse de donner plus de détails afin de ne pas compromettre l’enquête.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Finances