Georges-Louis Bouchez, comme un joueur de poker accro

Il se dit depuis toujours que l’ego de Georges-Louis Bouchez, sa soif inextinguible de médiatisation aussi, pourraient le perdre.
Il se dit depuis toujours que l’ego de Georges-Louis Bouchez, sa soif inextinguible de médiatisation aussi, pourraient le perdre. - Belga.

Georges-Louis Bouchez agit par instinct. Et par « coups ». Dans la fameuse interview à Humo qui a énervé ses collègues dimanche, il le disait lui-même, se comparant au « professeur Paul Magnette très méthodique » : « Je travaille plus à l’instinct et je sens très vite dans quelle direction je dois aller. » Mais parfois, il se trompe de sens. Voire emprunte un sens interdit…

Une source bleue le dit ainsi : « Il marque des points puis, au lieu de s’en tenir là, il refait tout de suite un truc qui annule la moitié de ses gains. » Oscillant dès lors entre « coups de génie » et « plantages ». Faute de doser.

Comme un joueur de poker accro. Incapable de s’arrêter.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct