De la Menuiserie aux Drapiers: les révélations discrètes de Jean-Luc Petit

Architecte de formation, Jean-Luc Petit a arpenté la Menuiserie en repérant les singularités pour les mettre en valeur. Il y a ce muret jaune vif précédé d’une grande structure métallique tordue. En les longeant, on découvre un couloir extérieur. Une musique s’échappe d’un soupirail, composée par Yuki Miyashige à la demande de l’artiste. Dans un autre couloir, intérieur, il a laissé une pile de tuiles et une bonbonne de gaz formant une sculpture sans âge. De très belles photographies des différents espaces sont collées sur la brique, épousant les reliefs du mur. Tout au fond, derrière une grille, une chaise abandonnée, entre le bâtiment industriel et les murs arrière des maisons. Il l’a découverte ainsi et n’y a pas touché. Il a par contre peint, toujours en jaune vif, deux grands carrés sur les toits de la Menuiserie. Invisibles sur place, ils ne sont repérables que depuis la tour de la collégiale Saint-Martin où il invite le public à se rendre.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct