La fracture USA-Chine au cœur de l’Assemblée générale virtuelle de l’ONU

Des discours sur écrans, des ambassadeurs clairsemés
: le coronavirus a bouleversé le déroulement de l’AG de l’ONU.
Des discours sur écrans, des ambassadeurs clairsemés : le coronavirus a bouleversé le déroulement de l’AG de l’ONU. - AFP.

Covid oblige, l’Assemblée générale de l’ONU s’est ouverte cette année en mode virtuel. Seul le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Gutteres, qui a mis en garde contre « une nouvelle guerre froide, une grande fracture entre les deux plus grandes économies », a pu prononcer son discours depuis la tribune officielle et son fond si caractéristique en dalles de marbre vert. Il a ensuite cédé la place au président de l’AG, le très policé diplomate turc Volkan Bozkir, qui a ouvert cette séance si particulière.

Ils n’avaient face à eux qu’un maigre public d’ambassadeurs masqués, entourés de places vides. Cette année, il n’y aura donc pas de colloques singuliers au détour des couloirs ou de réunions diplomatiques tentant d’apporter des solutions aux problèmes mondiaux dans les suites des hôtels de Manhattan.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct