«Mulan»: la tentative de Disney pour séduire la Chine tourne à la catastrophe

«Mulan»: la tentative de Disney pour séduire la Chine tourne à la catastrophe
Reuters

Vendredi dernier, les spectateurs chinois ont découvert sur grand écran l’interprétation hollywoodienne d’une de leurs héroïnes : Mulan. Loin du mythe original qui raconte l’histoire d’une jeune femme émancipée qui se déguise en homme pour défendre son pays à la place de son père, la version 2020 dévoile une guerrière nationaliste qui se soumet au devoir filial et aux volontés d’un empereur tout-puissant.

Cheveux lâchés au vent, Mulan revisitée se bat pour l’intégrité du pays contre des ennemis basanés venus de l’Ouest – comprenez, des musulmans. Un récit qui rappelle étrangement le discours du Parti communiste chinois pour justifier une répression des Ouïgours (la minorité musulmane du Xinjiang, province de l’ouest de la Chine rétive à l’autorité de Pékin) et bien loin de la légende chinoise apprise à l’école qui célèbre une héroïne rebelle et féministe – certains y voient une transgenre avant l’heure. Notons également la ressemblance – volontaire ou pas – du père de Mulan avec Xi Jinping.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct