Scènes: comment la Flandre a pris une longueur d’avance avec la diversité

Le KVS à Bruxelles fait figure d'excellent élève en termes de diversité dans la programmation. Notamment avec Dear Winnie repris cette saison.
Le KVS à Bruxelles fait figure d'excellent élève en termes de diversité dans la programmation. Notamment avec "Dear Winnie" repris cette saison. - D.R.

Les amateurs le savent : les scènes francophones ne sont pas encore aussi représentatives de la société qu’on pourrait l’espérer. Un constat encore relevé récemment lors de la cérémonie des Prix Maeterlinck de la Critique : « Pour que les talents les plus divers soient visibles du public et du jury, c’est tout un système artistique qui doit se regarder dans les yeux et faire son examen de conscience, affirmait, lundi, Christian Jade, président de ces prix. Comme notre jury, il faut que les théâtres, les compagnies et les écoles d’art soient davantage ouverts. Il faut aussi que les politiques de la Fédération Wallonie-Bruxelles favorisent l’éclosion de ces talents. L’exemple de la Flandre est intéressant : une série de décrets, de 2004 à 2008, obligent les institutions et les compagnies à rendre des comptes annuels sur l’engagement à tous les niveaux, pas juste artistiques, de personnes issues des minorités. » La Flandre offre en effet des solutions concrètes, tangibles, qui vont dans le bon sens.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct