Les libéraux roumains à la conquête des terres socialistes

Le Parti national-libéral du président Klaus Iohannis doit parvenir à faire basculer la sphère politique en Roumanie, lors des élections locales de ce dimanche, et au mois de décembre à l’occasion des législatives.
Le Parti national-libéral du président Klaus Iohannis doit parvenir à faire basculer la sphère politique en Roumanie, lors des élections locales de ce dimanche, et au mois de décembre à l’occasion des législatives.

De temps à autre alliés de circonstance face aux sociaux-démocrates, le Parti national-libéral (PNL) du président Klaus Iohannis et la toute récente coalition USR-Plus ont beaucoup en commun : un programme ouvertement libéral et pro-européen, un électorat jeune et citadin avec, en contrepartie, une faible implantation locale.

C’est sur ce terrain de la proximité, qui ne leur sied guère jusque-là, que les deux formations de centre droit doivent pourtant parvenir à faire basculer la sphère politique en Roumanie au cours des prochaines semaines. Un défi qui se jouera en deux temps : dès dimanche avec les élections locales – municipales et départementales –, puis début décembre à l’occasion des législatives.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct