Navalny veut revenir à Moscou, le Kremlin tergiverse

La photo, postée sur Instagram le 23 septembre, montre Alexeï Navalny sur un banc, à Berlin.
La photo, postée sur Instagram le 23 septembre, montre Alexeï Navalny sur un banc, à Berlin. - AFP.

Appartement saisi, comptes bancaires gelés, poursuites relancées : l’étau judiciaire s’est hier encore un peu plus resserré à Moscou sur Alexeï Navalny. A peine sorti du coma après son empoisonnement présumé au novitchok en Sibérie et son transfert à Berlin, le leader de l’opposition anti-Kremlin venait à peine d’envisager un retour chez lui. Mais, en Russie, tout est fait pour l’en dissuader. Les autorités intensifient leur contre-offensive et pestent contre « une nouvelle opération » des Occidentaux pour décrédibiliser Moscou. « Le cirque ! Cette affaire est une buche de plus sur le feu anti-russe couvant depuis des années », proteste une source haut placée au ministère des Affaires étrangères. Avec un paradoxe : publiquement, ni le gouvernement ni le Kremlin ne prononcent le nom d’Alexeï Navalny, l’un des plus virulents leaders de l’opposition face à Vladimir Poutine.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct