Port du masque: les bourgmestres irrités qu’on leur refile la patate chaude

Il y a des lieux fréquentés incontestables, comme les rues commerçantes. Mais quid des marchés
? Et des abords d’une école à l’heure où les parents s’agglutinent sur le trottoir
?
Il y a des lieux fréquentés incontestables, comme les rues commerçantes. Mais quid des marchés ? Et des abords d’une école à l’heure où les parents s’agglutinent sur le trottoir ? - Pierre-Yves Thienpont.

A partir de ce 1er octobre, le port du masque ne sera plus obligatoire « partout, tout le temps » en extérieur. Ce sera aux autorités locales de déterminer les exceptions à la règle, là où les distances de sécurité ne peuvent pas être maintenues, a déclaré Sophie Wilmès à l’issue du CNS de ce mercredi. A Hamoir, en province de Liège, le bourgmestre, Patrick Lecerf (MR), se demande si « ces gens qui nous gouvernent (dont son parti, NDLR) se rendent compte de ce que c’est le vrai monde. On change les plans, mais on n’ose pas repartir d’une page blanche pour simplifier le message ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct