Transition écologique et sociale: le donut donne du grain à moudre à Bruxelles

L’économiste britannique Kate Raworth, créatrice de l’image du donut, de la théorie et des pratiques qui l’accompagnent.
L’économiste britannique Kate Raworth, créatrice de l’image du donut, de la théorie et des pratiques qui l’accompagnent. - D.R.

Le donut descend sur la ville. Et il ne s’agit pas du beignet gras et sucré, mais bien de la nouvelle théorie qui fait fureur dans les milieux de la transition écologique et sociale et de l’économie non-orthodoxe. Après des villes américaines et Amsterdam, Bruxelles veut elle aussi appliquer le principe du donut à sa gestion publique. On n’en est pas encore à plier toutes les politiques à cette nouvelle approche, plus respectueuse de l’environnement et de l’humain et clairement à l’opposé de la recherche de la croissance, mais à une première inspiration.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct