Brexit: Londres reste insensible à l’ultimatum des Européens

«
Ce ne sera jamais l’UE qui fermera la porte à la négociation du futur partenariat ambitieux que nous souhaitons
», a souligné Maros Sefcovic, le vice-président de la Commission européenne.
« Ce ne sera jamais l’UE qui fermera la porte à la négociation du futur partenariat ambitieux que nous souhaitons », a souligné Maros Sefcovic, le vice-président de la Commission européenne. - REUTERS.

C’était une sorte d’ultimatum. Le 10 septembre, l’Union européenne avait sommé Londres d’abandonner « en tout état de cause avant la fin du mois » un projet de loi, jugé coupable des pires ignominies – une violation d’une obligation légale et du droit international, une rupture de confiance gravissime au moment de (tenter de) nouer une nouvelle relation post-Brexit, un danger sérieux pour la paix en Irlande. Et la « fin du mois », c’est… ce mercredi. Mais dès lundi, le gouvernement de Boris Johnson a (re-)dit aux Européens qu’il restera totalement imperméable à leur injonction.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct