Philippe Devos au «Soir»: «Aux soins intensifs, le risque de décès a diminué d’un tiers»

Intensiviste au CHC de Liège, lui-même victime du Covid-19 dans les premières semaines de la pandémie, le docteur Philippe Devos sait de quoi il parle.
Intensiviste au CHC de Liège, lui-même victime du Covid-19 dans les premières semaines de la pandémie, le docteur Philippe Devos sait de quoi il parle. - Pierre-Yves Thienpont.

ENTRETIEN

Fin février dernier, il jouait le lanceur d’alerte : en l’absence de mesures fortes – modèles de propagation des épidémies à l’appui – Philippe Devos, président du syndicat médical Absym, prédisait 850.000 personnes infectées, un engorgement des soins intensifs, l’obligation de déclenchement d’un plan catastrophe hospitalier, plus de 30.000 morts…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct