La Lettre d’Ivan De Vadder: Le ton de l’opposition

Laurette Onkelinx à la tribune de la Chambre, en octobre 2014.
Laurette Onkelinx à la tribune de la Chambre, en octobre 2014. - Photonews.

Faire de l’opposition au parlement n’est pas toujours affaire d’enfant de chœur. Dans les années 80, en tant que chef de l’opposition, le socialiste Louis Tobback compara le Premier ministre Wilfried Martens à l’empereur romain Caligula (qui avait nommé son cheval consul), et qualifia le CVP, le parti de Martens, de « méduse ». C’est Wilfried Martens lui-même qui y revint dans ses mémoires : « Rarement l’affrontement entre majorité et opposition n’a été aussi prononcé que pendant mon cinquième règne ». Puis d’ajouter : « Tobback en particulier s’est contenté d’une rhétorique d’opposition dure comme de l’acier, qui m’a souvent écorné.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct