Carte blanche: «Protégeons mieux les droits fondamentaux de nos aîné·e·s»

Carte blanche: «Protégeons mieux les droits fondamentaux de nos aîné·e·s»
Photonews.

Ce jeudi, nous célébrons, en plein temps de Covid-19, la 30e « Journée internationale des personnes âgées ». Les seniors ont été durement touchés tant par la pandémie elle-même que par les mesures de lutte contre la pandémie. Unia préconise l’élaboration et l’adoption d’une convention des Nations Unies relative aux droits des personnes âgées. La réalisation d’une telle convention devra bien sûr faire également l’objet d’un suivi en Belgique tant au niveau des pratiques que des politiques à mener.

Les témoignages ont été nombreux de situations dramatiques d’isolement dans des maisons de repos suite aux mesures de confinement. Fin juin, ont été rapportés 6.249 décès du Covid-19 dans les maisons de repos et de soins. Ce qui représente 64,3 % de tous les cas de décès par le Covid-19. Par ailleurs, l’utilisation du seul critère de l’âge pour décider par exemple de l’accès à des soins constitue une discrimination. C’est seulement en fonction d’un examen global de la situation individuelle que l’on peut décider si un soin est approprié ou pas pour une personne – un principe qu’Unia a dû rappeler au mois d’avril suite à la multitude de signalements reçus.

Déjà avant la pandémie

Mais ce n’est malheureusement pas seulement depuis le début de la pandémie que les droits fondamentaux des personnes âgées sont mis sous pression. Par « droits fondamentaux », nous entendons entre autres : le droit à la dignité humaine, à la vie, à l’intégrité physique et mentale, à la liberté et à la sécurité ainsi que l’interdiction des traitements inhumains et dégradants. Tous ces droits sont décrits dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. L’article 25 de cette charte mentionne d’ailleurs explicitement que « L’Union reconnaît et respecte le droit des personnes âgées à mener une vie digne et indépendante et à participer à la vie sociale et culturelle. ». La Charte a été formellement adoptée en 2000 par le Parlement européen, le Conseil de l’Union européenne et la Commission européenne.

Maisons de repos

En 2016 déjà, Unia constatait suite à une étude sur la situation des droits humains des personnes âgées dans les maisons de repos que de nombreux problèmes se posaient quant au respect des droits fondamentaux des résident·e·s. La crise du Covid-19 n’a fait qu’aggraver une situation déjà problématique.

D’ici 2050, 1 personne sur 6 dans notre société aura plus de 65 ans. Comment faire pour mieux protéger les droits des personnes âgées alors que celles-ci restent particulièrement vulnérables dans la société ? En suivant l’exemple de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, qui prévoit notamment la mise en place dans chaque pays d’un mécanisme indépendant qui surveille l’application de cette convention, qui conseille les autorités, qui consulte régulièrement les organisations représentatives des personnes handicapées et qui rapporte directement aux Nations Unies.

Eviter un nouveau drame

On ne peut pas changer le drame que nous avons vécu. Mais on peut éviter qu’un nouveau drame similaire se produise. C’est la raison pour laquelle Unia insiste pour que les autorités belges œuvrent en vue de l’adoption d’une convention des Nations Unies relative aux droits des personnes âgées. Une telle convention serait un outil pertinent pour mieux protéger les droits fondamentaux des personnes âgées. Faisons des efforts pour la création d’un tel texte et pour en tirer les conséquences au niveau national.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches