Le programme de la Vivaldi décrypté: réserves et prudence en matière d’éthique

La question de l’IVG est plutôt mise au frigo.
La question de l’IVG est plutôt mise au frigo. - Mathieu Golinvaux.

Alors que des sujets comme la fin de vie et l’avortement suscitent encore de vifs et fréquents débats dans la société, l’accord de gouvernement fait visiblement peu de cas des dossiers éthiques. Seuls quatre petits paragraphes y sont consacrés.

Pour ménager les tendances progressistes et plus conservatrices au sein de la majorité, les partis s’engagent à faire preuve de « respect réciproque pour les points de vue de chacun » avant d’agir sur les matières éthiques. Concrètement, ils prévoient de charger des équipes multidisciplinaires d’experts d’évaluer scientifiquement les projets de loi et de les confronter à la pratique, dans des domaines tels que « la vie privée, la bioéthique, la robotique et l’intelligence artificielle ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct