Un gouvernement par défaut avec une responsabilité historique

Un gouvernement par défaut avec une responsabilité historique
Photo News.

Cela devrait être un jour de fête.

Le système belge, que l’on disait grabataire, parvient à enfanter miraculeusement un nouveau gouvernement fédéral, et d’éviter un retour aux urnes où l’on annonçait l’entrée de l’extrême droite par la grande porte.

Les pensions vont augmenter, les jeunes vont voter dès 16 ans pour les Européennes, le pays va investir un milliard, la lutte contre le Covid va s’organiser, le climat fait plus qu’une ligne au bas de l’accord.

Et les francophones, qui ont voté majoritairement à gauche, trouvent dans cette équipe un reflet relativement correct de leurs choix électoraux.

Mais au-delà des congratulations réciproques des artisans de ce gouvernement, au-delà de leurs rires ou de leurs larmes de bonheur, ne nous voilons pas la face, cette fête est aussi joyeuse qu’une célébration de mariage en plein Covid.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct