Le programme de la Vivaldi décrypté: un nouveau départ pour la santé

Une haie de déshonneur lors de la visite de Sophie Wilmès dans un hôpital, une des images marquantes de ces derniers mois.
Une haie de déshonneur lors de la visite de Sophie Wilmès dans un hôpital, une des images marquantes de ces derniers mois. - D.R.

A première vue, le budget « santé » paraît dans la lignée de la législature précédente. À y regarder de plus près pourtant, on y décèle quelques marqueurs vitaux. À commencer par l’absence du mot « économie », celui-là même qui a fait trembler les hôpitaux, les médecins, les patients durant la législature précédente. Il est vrai que procéder à de nouvelles ponctions dans le contexte actuel – même si elles ne touchent que les marges de manœuvres nouvelles – devient compliqué. Pas de nouvelles économies donc. À l’inverse, il est prévu de lisser les inégalités en termes d’accès aux soins. L’objectif à ce sujet est en soi un véritable défi : d’ici 2030, réduire de 25 % les inégalités entre personnes favorisées et moins favorisées en matière d’espérance de vie en bonne santé. Partant, le pays ambitionne de retrouver le top 10 européen sur cette question cruciale du vieillissement. Ambitionne aussi de réduire la « mortalité évitable » de 15 %.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct