La présence des minorités ethniques reste anecdotique dans les institutions européennes

Alors que 10
% de la population européenne appartient à une minorité ethnique, leur présence dans les couloirs de Bruxelles ou de Strasbourg reste anecdotique. La photo de famille de la Commission Von der Leyen en est l’exemple le plus criant.
Alors que 10 % de la population européenne appartient à une minorité ethnique, leur présence dans les couloirs de Bruxelles ou de Strasbourg reste anecdotique. La photo de famille de la Commission Von der Leyen en est l’exemple le plus criant. - Reuters

Non. » Brève, tranchante, cette réponse est suivie d’un long silence, comme s’il n’y avait rien d’autre à ajouter. C’est celle qu’a apportée le 10 septembre dernier la commissaire aux Affaires intérieures, la sociodémocrate suédoise Ylva Johansson, lorsqu’on lui a demandé si les minorités ethniques avaient suffisamment leur place au sein du personnel des institutions européennes. « Tous les citoyens européens doivent se sentir représentés, nous devons être un reflet de la société », a-t-elle ajouté, en guise d’autocritique, après une longue pause.

Quelques jours après cette intervention, le 18 septembre, la Commission européenne a annoncé qu’elle allait prendre le taureau par les cornes. Pour la première fois de son histoire, elle s’apprête à mener une enquête – facultative et anonyme – sur le profil ethnique de ses employés. Des informations qui lui permettront d’infléchir sa politique de recrutement et de fixer un objectif minimum de représentation.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct