Coronavirus - La firme Pfizer assure qu'elle ne succombera pas à la pression politique sur les vaccins

Albert Bourla, directeur exécutif de Pfizer, a également exprimé sa déception que la société se retrouve au coeur de l'élection présidentielle américaine, dans cette lettre citée par le New York Times jeudi. En se positionnant de la sorte, le docteur semble se distancier des prédictions ambitieuses du président sortant Donald Trump.

Mardi encore, lors du premier débat électoral retransmis en direct, le milliardaire a en effet assuré que le développement d'un vaccin contre le nouveau coronavirus n'était plus qu'à "quelques semaines près".

"J'apprécie un débat politique robuste, mais je ne suis pas un politicien", pointe M. Bourla. "La rhétorique politique amplifiée sur le développement d'un vaccin, l'agenda et le crédit politique affaiblit la confiance du public", suggère-t-il encore.

Aux côtés de Moderna ou encore Johnson & Johnson, Pfizer est un des laboratoires pharmaceutiques en phase 3 des essais cliniques aux Etats-Unis. L'essai de phase 3 du vaccin AstraZeneca/Oxford est actuellement suspendu dans le pays.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct