Les silences et les secrets des pères absents

Les lieux ont leur importance, comme dans toute l’œuvre de Marie-Hélène Lafon.
Les lieux ont leur importance, comme dans toute l’œuvre de Marie-Hélène Lafon. - J. L. Paille.

Les secrets perdus de Gabrielle, qui a eu plusieurs existences, hantent le nouveau roman de Marie-Hélène Lafon, Histoire du fils. Ils sont les manques à partir desquels se bâtissent des fictions approximatives, seul support à une imagination qui tenterait de trouver une logique là où, peut-être, il n’y en a guère. André, le fils de Gabrielle, vit ainsi avec l’absence de père officiel, et néanmoins la volonté, par brusques sursauts, de boucher les trous, d’aller par exemple se poser devant l’immeuble parisien où Me Lachalme a ses bureaux, à deux pas de la prison de la Santé où se trouvent certains de ses clients.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct