L’homme, cannibale pour l’homme

Le dessin original de couverture de l’album «
New York Cannibals
».
Le dessin original de couverture de l’album « New York Cannibals ». - François Boucq.

entretien

Dans New York Cannibals, le romancier du diable Jérôme Charyn et le dessinateur magicien François Boucq s’attaquent aux vampires de la société, les trafiquants de sang pour qui celui des nouveau-nés est la plus rentable des marchandises. Au cœur de Manhattan, la policière Azami, un personnage dont les auteurs avaient écrit la jeunesse fragile dans Little Tulip, recueille par hasard un de ces précieux bébés. Ce sera le début d’un combat satanique. Confinée dans les entrailles de la ville, Mama Paradis et ses âmes errantes aideront Azami à trouver le salut. François Boucq nous parle de ce récit où l’humanité perd définitivement son innocence.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct