Les délires du plan «Q»

Les délires du plan «Q»
Reuters.

Symbole de la déconnexion totale de millions d’Américains à la « vraie vie », prêts à croire aux théories les plus échevelées, le mouvement QAnon s’est profondément incrusté dans les méandres des réseaux sociaux. Ceux qui n’apparaissaient jamais que comme une bande de guignols farfelus ont réussi à s’imposer comme une véritable force politique capable de peser dans les urnes. Pas seulement aux Etats-Unis, où plus de 80 candidats au Congrès y croient dur comme fer, mais aussi en Europe, où la « fachosphère » s’en délecte. On les retrouve également liés à certains mouvements anti-masques.

QAnon, kesako ? Contraction de « Q », référence au plus haut niveau d’accréditation aux secrets d’Etat, et notamment aux codes nucléaires, et de « Anonymous » (« anonymes), QAnon serait un personnage haut placé qui tenterait de déjouer un complot visant directement Donald Trump.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct