La réunification de l’Allemagne a 30 ans: cette peste brune qui venait de l’Est

Des mouvements d’extrême droite dans les rues de Berlin, le 3 octobre 2019
: une menace qui a longtemps été ignorée ou sous-estimée.
Des mouvements d’extrême droite dans les rues de Berlin, le 3 octobre 2019 : une menace qui a longtemps été ignorée ou sous-estimée. - Reuters

Personne n’a oublié la descente de néonazis en 1987 dans l’ancien quartier de Berlin-Est à Prenzlauer Berg. Les témoins de l’époque sont encore traumatisés par cette soirée du 17 octobre 1987, près de deux ans avant la chute du Mur.

Alors qu’une foule de 2000 personnes se presse à l’intérieur de l’église Zionskirche pour écouter un groupe de rock venu de l’Ouest, une horde de « skinheads » se met à les attaquer avec des tessons de bouteille. La police n’intervient pas. Il y a des dizaines de blessés.

Il ne s’agit pas simples « skinheads » mais de vrais néonazis arrivés le bras tendu et en hurlant des chants du IIIe Reich. « Les néonazis existaient sous le régime communiste. Le parti communiste affirmait que c’était un problème capitaliste. Un mensonge ! », insiste Harry Waidel, historien allemand du racisme et spécialiste du néonazisme sous la RDA.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct