Comment Georges-Louis Bouchez a beaucoup (tout?) perdu en deux semaines

La pression sur le président Bouchez s’est accentuée toute la journée de vendredi. Le mot «
démission
» revenant de plus en plus...
La pression sur le président Bouchez s’est accentuée toute la journée de vendredi. Le mot « démission » revenant de plus en plus... - Belga.

La nuit n’a pas permis d’apaiser les esprits et d’éteindre l’incendie au MR. Au contraire. Le président a gâché son capital confiance auprès de bon nombre de mandataires, de plus d’un militant aussi. A plusieurs bonnes sources, on nous résume : « Georges-Louis Bouchez doit poser un geste fort. » Sinon ? « Le mot démission est prononcé. » Et ce, dix mois à peine après son élection à la tête des libéraux…

Comment, en deux semaines, GLB a-t-il pu perdre autant, alors qu’il avait toutes les cartes en mains ? Décodage en cinq pertes ou dégâts notables.

1

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct