La chronique «Alternatives»: «Comment de Juliette Gréco on en arrive à Donald Trump»

La chronique «Alternatives»: «Comment de Juliette Gréco on en arrive à Donald Trump»
Reuters

Le personnage de Juliette Gréco, l’égérie de la chanson de Saint-Germain-des-Prés, qui vient de nous quitter, me rappelle une scène inoubliable.

On connaît la formule : la liberté du néolibéral c’est « celle du renard libre dans le poulailler libre ». Je trouvais la formule jolie. J’eus, un certain soir, dans le quartier le plus huppé de Santiago du Chili, assistant à un gala donné par Juliette Gréco, l’occasion de prendre conscience, au détour d’une simple chanson, à quel point elle était, cette définition, beaucoup, beaucoup plus que simplement brillante.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct