Comment lever les freins à l’alimentation durable

Ce n’est pas parce qu’un aliment est produit lointainement qu’il est forcément moins durable, souligne Fairtrade dont la denrée phare est la banane.
Ce n’est pas parce qu’un aliment est produit lointainement qu’il est forcément moins durable, souligne Fairtrade dont la denrée phare est la banane. - Reuters

Qui ne souhaite pas consommer des aliments produits avec du respect pour la planète et pour la main-d’œuvre ? Préservation de l’environnement en pensant aux générations futures et juste rémunération des producteurs du Sud et du Nord, dont certains pataugent dans la pauvreté, sont au cœur de la définition de l’alimentation durable. Celle-ci est, en outre, associée dans bien des esprits à un net bénéfice pour la santé. C’est ce que montre un sondage réalisé en mai dernier en guise de base au livre De Duurzame Belge (« le Belge durable »), écrit par Wim Vermeulen et Gino Verleye et paru tout récemment chez Lannoo, uniquement en néerlandais pour le moment : 91,8 % des 1.015 personnes interrogées se disent prêtes à adopter un comportement de consommation plus durable en faveur de leur santé. Et 78,5 % avec comme motivation l’avenir de leurs enfants et petits enfants.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct