Corpus Christi En état de grâce

<span>Corpus Christi</span> En état de grâce

Il y a ce plan d’ouverture brutal, violent, celui du viol d’un détenu par d’autres détenus alors qu’en avant-plan et en gros plan le visage d’un jeune homme, Daniel, détenu lui aussi, ne bronche pas. Puis il y a le contraste avec la scène suivante, dans la chapelle du centre de détention, où tous chantent les louanges de Dieu. D’emblée, ce film polonais se positionne politiquement dans une réalité fracturée. Daniel est en partance. En semi-liberté, il doit rejoindre un atelier de menuiserie. Arrivé dans le village, un gros mensonge le mène à prendre la place du prêtre absent. Ça tombe bien, Daniel s’est découvert une passion spirituelle en côtoyant l’aumônier du centre. Ça tombe bien aussi pour les villageois en mal de curé. Ils sont sous le charme de ce jeune prédicateur charismatique qui ne connaît pas les règles et les invente à sa manière.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct