France: le PIB devrait stagner au 4e trimestre avec la résurgence de l'épidémie

Les nouvelles restrictions imposées à certains secteurs et les incertitudes sur l'évolution de la situation sanitaire conduisent l'Institut national de la statistique à penser que le produit intérieur brut (PIB) "resterait, en fin d'année, 5% en deçà de son niveau d'avant crise, comme en moyenne pendant l'été", selon sa note trimestrielle de conjoncture.

L'Insee prévoyait jusqu'ici une petite croissance de 1% du PIB au dernier trimestre, après le fort rebond du troisième, estimé à +16%.

Mais il fait désormais l'hypothèse que l'activité va être davantage pénalisée dans les services les plus affectés par l'épidémie, comme l'hôtellerie-restauration, les transports ou les activités de loisirs, et que l'investissement ne progressera plus, "par attentisme" des entreprises.

"Cette prévision reflète la grande incertitude qui caractérise ces prochains mois", a commenté Julien Pouget, responsable du département de la conjoncture à l'Insee, lors d'une conférence de presse, sans écarter le risque d'une rechute du PIB.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct