L’ex-CEO de Lunch Garden met les actionnaires en cause

Annick Van Overstraeten, ancienne administratrice déléguée de l’entreprise, dénonce des manœuvres particulières du fonds d’investissement Freshstream.
Annick Van Overstraeten, ancienne administratrice déléguée de l’entreprise, dénonce des manœuvres particulières du fonds d’investissement Freshstream. - Mathieu Golinvaux.

Grosse indigestion pour le millier de travailleurs de Lunch Garden et pour leurs représentants syndicaux. Ce mardi matin, lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire, la direction de la chaîne de 75 restaurants (dont 45 intégrés) a annoncé son intention de mettre en place un plan de transformation de l’entreprise axé sur des réductions de coûts. Il s’agit notamment de supprimer 138 emplois, soit 15 % du personnel, en passant prioritairement par des prépensions et par des crédits temps, afin de limiter le plus possible les licenciements secs. Il n’empêche, le coup social est rude.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct