«Pas une agression de plus»

«Pas une agression de plus»

Mardi 22 septembre, une agression sexuelle a eu lieu sur le campus de Louvain-La-Neuve. Une de plus. Mais surtout une de trop. D’habitude noyée dans la masse, celle-ci aurait pu tomber dans l’oubli si elle n’avait pas été partagée dans les réseaux étudiants et s’il n’y avait pas eu autant d’étudiantes qui s’étaient reconnues dans cette agression de fin de soirée. C’est une situation que nous ne tolérons plus : nous voulons un changement, et maintenant.

Nous ne sommes pas les seules qui en avons assez : plus de 1500 étudiantes, en moins de 24h, ont rejoint un groupe Facebook avec comme objectif de ne plus devoir rentrer seules le soir de peur de se faire agresser. Il n’est pas seulement question d’un sentiment d’insécurité infondé, diffusé dans la population étudiante au détour des conversations, mais d’une réalité très concrète. Une étude de l’ULiège de l’année passée indique des chiffres révoltants : 6 % des étudiantes ont subi un viol, plus d’une étudiante sur 5 aurait été confrontée à une tentative de viol au cours de ses études, ou encore que plus de la moitié ont déjà subi une agression sexuelle.

Ces chiffres sont insupportables. Ils montrent que sur nos campus comme dans le reste de la société, le sexisme continue d’abîmer des vies humaines, tous les jours. En plus des taxes roses, des attaques au droit à disposer de notre corps et de l’écart salarial, nous devons subir agressions sexuelles, violences conjugales, et pire encore. Pour nous, les peines se multiplient sous diverses formes, mais s’enracinent toutes dans le patriarcat.

La réalité est donc là, devant nous, et elle est indéniable. Nous sommes face à un problème de société : nous appelons la commune, l’UCLouvain et les Hautes Ecoles à prendre leurs responsabilités et à agir pour que l’égalité entre tous soit effective. Il y a 2 ans, nous étions déjà dans les rues de Louvain-La-Neuve pour que l’UCLouvain mette en place un dispositif de soutien en cas d’agression sexuelle et une campagne contre le harcèlement sexuel, et elle l’a fait. Mais, manifestement, le problème est toujours là, les mesures entreprises sont lentes, insuffisantes, voire inefficaces, et l’ampleur et l’urgence du sexisme doivent être adressées. C’est pourquoi avec les autres collectifs nous montrons notre soutien aux personnes victimes d’agressions et revendiquons : pas une de plus ! Nous espérons que l’Université, les Hautes Ecoles et la commune voudront bien nous entendre pour qu’ensemble, avec tout le tissu associatif de Louvain-La-Neuve, nous entamions un dialogue autour de solutions positives, concrètes et efficaces, afin qu’il n’y ait pas une agression de plus sur nos campus.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches