Violences sexuelles: des efforts à intensifier sur les campus étudiants

La gravité des faits a d’ores et déjà suscité un émoi au sein de la communauté universitaire.
La gravité des faits a d’ores et déjà suscité un émoi au sein de la communauté universitaire. - Photo News

Le 22 septembre dernier, en soirée, sur le campus de l’UCLouvain à Louvain-la-Neuve, une étudiante italienne a été victime d’une agression. Les détails de celle-ci sont entre les mains du Parquet. Mais il est question d’une tentative de viol. Le soir même, la police est intervenue. Dans la foulée, l’étudiante a déposé plainte. Depuis lors, l’enquête se poursuit sans que l’on sache à ce stade si celle-ci aboutira à la mise en cause d’un auteur.

La gravité des faits a d’ores et déjà suscité un émoi au sein de la communauté universitaire dont témoignent notamment deux cartes blanches – à lire ci-contre : la première adressée par le Comac (mouvement étudiant du PTB) avec un appel à manifester, la seconde par l’UCLouvain. Les deux textes soulignent, à rebours de certaines fausses évidences, la prégnance et la persistance des violences sexuelles au sein de notre société et, avec des accents différents, pointent l’urgence de poursuivre le travail pour mieux les faire reculer.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct