«Un pays qui se tient sage»: le choc des images, le poids des mots

« Ce qui est également en train de changer, note encore le réalisateur David Dufresne à propos des manifestations et des violences policières, c’est qu’il y a aussi eu des morts. Et ces morts-là ne soulèvent pas l’indignation populaire comme il y a 30 ans. Cela veut dire qu’il y a une tolérance, finalement, à cette violence policière. Et dans un mouvement opposé, il y a l’idée que des gens s’opposent à cela. Là, ça devient un débat. Et on n’a jamais autant débattu de ces questions-là.
»
« Ce qui est également en train de changer, note encore le réalisateur David Dufresne à propos des manifestations et des violences policières, c’est qu’il y a aussi eu des morts. Et ces morts-là ne soulèvent pas l’indignation populaire comme il y a 30 ans. Cela veut dire qu’il y a une tolérance, finalement, à cette violence policière. Et dans un mouvement opposé, il y a l’idée que des gens s’opposent à cela. Là, ça devient un débat. Et on n’a jamais autant débattu de ces questions-là. » - DR

Rendre hommage aux vidéastes mais aussi aux images : voilà brièvement résumée l’idée de ce documentaire qui tombe terriblement « bien » dans l’actualité. Quelles images ? Celles des manifestations des gilets jaunes en France. Des violences qui y ont été filmées et relayées sur les réseaux sociaux notamment. Des charges de la police, de ces LBD et autres grenades de désencerclement tristement réputés. Des interventions hallucinantes d’Alexandre Benalla et du boxeur Christophe Dettinger…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct