Des prix Nobel… sans les paillettes

La Française Emmanuelle Charpentier à fêté son Nobel à l’institut Max Planck à Berlin.
La Française Emmanuelle Charpentier à fêté son Nobel à l’institut Max Planck à Berlin. - EPA.

Ce mercredi, peu avant midi, le prix Nobel de chimie a été attribué à la Française Emmanuelle Charpentier, 51 ans, et à l’Américaine Jennifer Doudna, 56 ans, pour la mise au point de « ciseaux moléculaires » capables de couper l’ADN, et de le remodeler. Grâce à ces outils, ce qui était avant un travail fastidieux, voire impossible, ne prend plus « que quelques semaines ». « En les utilisant, les chercheurs peuvent modifier l’ADN de végétaux ou d’animaux avec une très grande précision, explique l’Académie suédoise des sciences, qui a fait ce choix. Cette technologie a eu un impact révolutionnaire sur les sciences de la vie, permettant de créer des plantes qui résistent aux maladies ou à la sécheresse, contribuant à de nouvelles thérapies contre le cancer. » « La réécriture du code de la vie » est devenue une réalité, comme l’a résumé Göran K.Hansson, son secrétaire général.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct